Une plume pour vous

06 mars 2017

La conjuration des imbéciles

Ignatius Reilly est un bien curieux personnage... Trente ans, roux et massif, il porte toujours la même veste verte. Mais surtout, il n'a jamais quitté sa Maman, à la Nouvelle-Orléans, a terminé tardivement ses études et refuse toute incursion dans le monde professionnel sous prétexte que son anneau pylorique pourrait se bloquer... Son occupation principale : il écrit un livre qui raconte le monde tel qu'il le voit.Couverture

Malheureusement, Ignatius se voit contraint par sa mère à se lancer dans le vaste monde professionnel. Il enchaîne donc les expériences professionnelles toutes plus chaotiques les unes que les autres : secrétaire au sein des Pantalons Levy, tenus par un patron complètement désinvesti de son entreprise, il incite des employés noirs à la grève puis provoque un conflit judiciaire avec un partenaire de longue date. Vendeur de hot-dogs ambulant, il préfère aller au cinéma et accepte de garder un paquet compromettant. 

Pour terminer, il se retrouve mêlé à plusieurs étranges mascarades incluant un écrivain de la Renaissance, un perroquet, une discothèque miteuse tenu par une femme malhonnête et un fantasme créé de toutes pièces. Question fantasme, Ignatius entretient une relation épistolaire avec Myrna, sa petite amie du temps de l'université. Expatriée à New York, la jeune femme milite pour l'intégration dans la société par la sexualité et exhorte vertement Ignatius à se prendre en main. Et justement, à laisser parler sa sexualité. 

L'ensemble est majestueusement bien écrit, en reprenant l'accent de la Nouvelle-Orléans. Il y a de l'humour, du vrai, dans les descrptoins de ces personnages tous plus seuls et décalés les uns que les autres. Les dialogues aussi sont particulièrement savoureux, et au loin on sent pointer la désespérance qui devait être celle de l'auteur. 

Résultat de recherche d'images pour "john kennedy o'toole"John Kennedy O'Toole vivait lui aussi à la Nouvelle-Orléans, lui aussi avec ses parents. On ignore s'il était aussi étrange que son personnage fétiche, mais on sait qu'il exerça plusieurs années la profession d'enseignant et écrivit deux romans, dont celui-là, qu'il considérait comme un chef d'oeuvre. Dépité de ne pas être publié, il se suicida à l'âge de 31 ans. Et reçut le prix Pulitzer bien plus tard, en 1981. 

La Conjuration des Imbéciles est une oeuvre inclassable, mais qui mérite très certainement d'être lue. 

Posté par votre_ecrivain à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


KissKissBankBank

Je me permets de vous donner des nouvelles de mon projet KissKissBankBank, destiné à me permettre de récolter les quelques derniers fonds pour m'installer comme écrivain public. 

Le lien est par ici :

Ecrivain public

Aidez - moi à faire en sorte qu'UNE PLUME POUR VOUS existe !!!

https://www.kisskissbankbank.com

J'ai besoin encore de quelques personnes !

Posté par votre_ecrivain à 14:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La modernité chez Françoise Sagan

J'ai récemment relu "Bonjour Tristesse", et "Aimez-vous Brahms", deux romans que j'avais aimés il y a longtemps. 

Des portraits de femmes indépendantes et fortes, transgressives peut-être pour leur époque. 

Résultat de recherche d'images pour "Françoise Sagan"La première, Cécile, n'a que 17 ans. Elle sort de pension pour apprendre que son père, qui est surtout son meilleur ami et son partenaire de soirées, entend se remarier avec Anne, une femme  bien sous tous rapports. Au coeur de l'été, Anne commence par priver Cécile de sorties, avant de lui interdire de rencontrer Cyril, son petit ami et de lui faire quotidiennement la morale sur la manière dont doit se comporter une jeune fille de la bonne société. 

La  seconde, Paula, est déjà quadragénaire. Décoratrice  d'intérieur, elle mène une relation libre avec Roger, un représentant de commerce. Enfin, libre... La liberté est uniquement de son côté, à lui. Paula, elle, vit au rythme des soirées solitaires et des rendez-vous annulés. Lorsqu'elle rencontre Tony, un avocat de 15 ans son cadet, elle est séduite par sa fougue et le fait qu'il semble ne vivre que pour elle. 

Des femmes qui ne sont pas sans rappeler Françoise Sagan qui, tout au long de sa vie, avait pris plaisir à transgresser les règles morales de son époque. 

Mais l'auteure choisit finalement de laisser la morale gagner. Cécile, qui avait fomenté une révolte secrète contre sa future belle-mère, est dépassée par les conséquences de ses actions et se retrouve rongée par la culpabilité.  Quant à Paula, elle se retrouve prisonnière d'un amour pourtant toxique et n'osera jamais savourer la liberté qu'elle avait pourtant voulue. Résultat de recherche d'images pour "aimez-vous brahms"

On dirait que Françoise Sagan semblait vouloir se rebeller contre les règles trop strictes de son époque, puis se ravisait en abandonnant ses héroïnes à la vindicte de la morale.  Le message de ses oeuvres est davantage désespéré que féministe. Question de tempérament ? Question d'époque ? Françoise Sagan était née à la fin des années 1930, soit dix ans avant la génération emportée par la fièvre de Mai 68. 

 

Posté par votre_ecrivain à 14:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2017

Ta deuxième vie commence le jour où tu comprends que tu n'en as qu'une

Couverture Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une...Ouvrage de Raphaëlle Giordano, publié aux Editions Eyrolles et écoulé à ce jour à plus de 300 000 exemplaires. Je n'en avais pas entendu parler jusqu'à ce que je déboule à la librairie de la gare Montparnasse, de retour d'un entretien d'embauche. Le titre m'a attirée, on attend vite monts et merveilles de ce genre d'ouvrage dès qu'on a un jour connu un problème dans sa vie. 

Camille, 38 ans, a tout pour être heureuse : mariée, un fils de neuf ans et un emploi dans sa branche commerciale. Tout peut-être, sauf qu'elle crise : son travail l'ennuie, sa relation de couple se délite sous l'effet de l'habitude et des contraintes  et elle doit gérer les affects d'une mère trop angoissée. Heureusement, son quotidien va changer lorsqu'au hasard d'un déplacement professionnel, elle rencontre Claude.

Pensée positive, techniques de relaxation et importance du dialogue... Camille apprend, au jour le jour.... Jusqu'à parvenir à remodeler entièrement son existence. Ce que j'ai aimé, c'est le ton résolument positif de l'ouvrage, et puis sa modernité aussi. On s'y retrouve tous, toutes : notre couple est globalement heureux mais devient terne avec le temps, on se retrouve usés par les petites tâches quotidiennes, notre boulot nous ennuie et on ne parvient pas toujours à y trouver sa place.... Pour réagir, l'auteure propose toute une gamme de petites astuces : prévenir son conjoint ou son enfant quand on sent la dispute approcher, prendre le temps de "faire le chat" (ça, chadore)

Ce que j'aime moins, c'est le côté un peu simpliste : certes, penser positif, c'est bien et on peut tenir face aux problèmes du quotidien. Mais qu'en est-il face à de vraies épreuves ? (santé, chômage de longue durée...) ? "Faire le chat", c'est adorable et gratifiant mais ça ne suffit pas à résoudre un chômage de longue durée. Et conserver la capacité d'aller de l'avant, quand on a perdu profondément l'estime de soi-même, c'est plus complexe que ne veut bien le dire l'auteure. 

Posté par votre_ecrivain à 19:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Merveilleuse année 2017 !!!!


En espérant que les fêtes vous aient été douces, auprès de votre famille par le sang ou par le coeur, auprès de gens de passage, je m'en viens vous souhaiter une belle, heureuse, merveilleuse, mirifique année 2017 ! 

Pour cette année nouvelle, je vous souhaite tout le bonheur du monde, des îles où vous envoler, des chemins ombragés à emprunter, et un chat pelotonné à vos côtés pour le reste de l'hiver !

Une pensée pour ceux qui sont dans la peine à cette période de l'année où les lumières s'allument dans les rues et les vitrines des mgasins...

Posté par votre_ecrivain à 17:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2016

Et me voici, me voilà, votre nouvel écrivain public ! 

A 6 ans, j'écris ma première nouvelle sur la machine à écrire du travail de ma Maman, un jour où elle m'avait emmenée au bureau. A 14 ans, je termine mon premier roman que je tente d'envoyer à des maisons d'édition (en vain, naturellement, surtout quand on ne connaît que Gallimard et que l'histoire ressemble furieusement à celle de Titanic, le bâteau en moins). A 15 ans, j'entre en filière littéraire où j'obtiens de bons résultats, à 17 ans, je décroche une mention Bien à mon baccalauréat littéraire.  

Durant l'été, je me passionne pour  Francis Scott Fitzgerald et son roman Tendre est la nuit, pour le Grand Meaulnes, et pour toute cette littérature romantique et blessée du début de XXème siècle... Rêveuse et également amatrice d'histoire, je me laisse emporter par celle des nobles écartelés par la Révolution de 1917...

Après des années d'hésitation entre la littérature et le domaine juridique, j'entre finalement en fac de droit.  Plus de débouchés professionnels, qui correspondaient à mes ambitions d'alors...

Huit ans plus tard, à l'issue d'études sans encombre, je suis titulaire de deux Masters II en poche et un diplôme d'avocate. Mais si je suis bien entendue amenée à rédiger, mon emploi ne me convient pas tout à fait. La sécheresse de la rédaction juridique blesse mon âme de littéraire, le prestige de la fonction me laisse de marbre, et je manque d'indépendance. J'ai abandonné la littérature, l'histoire et même l'anglais que je m'étais pourtant attachée à bien maîtriser en partant plusieurs mois à Londres, à 23 ans. 

Moi qui avais plus ou moins abandonné l'écriture, prise par les responsabilités du quotidien, j'écris deux romans en quelques mois (en cours de publication). Puis, la plume affutée, je prends la décision de quitter le barreau à la naissance de mon premier enfant. 

Depuis deux ans, j'avais en tête ce métier d'écrivain public, sur lequel je m'étais abondamment renseignée. L'écriture y est au coeur, et le contact humain y a aussi une large place. Jusqu'à présent, je m'étais toujours dit : trop aléatoire, trop compliqué. Pas cette fois. Je me lance. Réalise que j'aimerais par-dessus tout écrire la biographie d'une personne. Découvre l'AEPF (Association des Ecrivains Publics de France) où j'effectue des formations, et créé mon site web. 

La suite reste encore à écrire.... Avec vous !  



Posté par votre_ecrivain à 15:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]